Agirc – Arrco : la fusion est actée, ce qui va changer…

Fusion Agric-Arrco

C’est fait ! Les modalités de la fusion Agirc-Arrco, pierre angulaire de la réforme retraite, ont été actées. Le patronat et les syndicats sont tombés d’accord et plus de 18 millions de salariés, cadres et non cadres, vont être réunis début 2019 sous la même bannière… Pour quels effets ?

Une même valeur de point pour tous

Les bulletins de paie des salariés français vont se ressembler au moins sur un point dès le 1er janvier 2019 : une seule ligne sera consacrée à l’information sur la retraite complémentaire. Finie la distinction entre cadre ou non cadre : quel que soit le statut, le point aura la même valeur.

Cette fusion marque également la fin de la garantie minimale de points (GMP), mais surtout, elle donne à chaque fédération Agirc-Arrco la liberté, en cas de déficit du régime, de faire évoluer la valeur de service du point. Celui-ci servant de base de référence pour le calcul du montant individualisé des retraites, il y aura forcément des mécontents.

La fin de l’intangibilité des pensions, le début du flou…

L’accord avait été signé en 2015, mais l’on entre réellement dans le vif du sujet… et les écueils de ce nouveau dispositif sont désormais tangibles pour les cotisants. En effet, alors que jusqu’à présent, les déficits étaient palliés dans la plupart des cas par une augmentation des cotisations, une baisse des avantages familiaux ou encore une non-revalorisation des pensions servies, le principe va drastiquement changer.

Désormais, ce seront les pensions liquidées ou en cours d’acquisition qui seront utilisées pour remettre les comptes à flot. Concrètement, au regard du déficit cumulé de près de 2 milliards d’euros du régime retraite à l’horizon 2019, à partir de cette date, les pensions devraient subir une baisse de 9 % sur 15 ans, et ce, dès la mise en place du nouveau système.

Les partenaires sociaux, désunis sur le sujet, ont d’ailleurs présenté une étude éloquente et confidentielle commandée par les services techniques et concernant l’ensemble des salariés. Conclusion : pour 100 euros cotisés par an, on passerait de 7,25 euros de pension en 2018 à 5,77 euros en 2033.

Voilà qui devrait donner du grain à moudre à tous ceux qui pensent que ce nouveau dispositif constitue un véritable « bonus-malus » visant à inciter les salariés à travailler plus longtemps. C’est en tout cas un vrai coup de pouce à l’épargne salariale qui passe de ce fait de précautionneuse à indispensable !

Mon Guide Protection Sociale vous tiendra bien sûr informé de toutes les réflexions et autres décrets inhérents aux retraites des salariés, mais aussi des indépendants, dont les contours sont encore plus incertains…

Mes Solutions Mercer
L’Article 83 SOGECAP par Mes Solutions Mercer vous permet d’offrir à vos salariés l’opportunité de compléter leur retraite à travers un contrat simple et performant. Vous profitez vous et vos collaborateurs d’avantages fiscaux de premier plan… une raison supplémentaire pour vous intéresser de près à cette solution retraite plébiscitée par les entreprises de toutes tailles et par les indépendants !

ARTICLE PRÉCÉDENT
Réforme des retraites : le point sur la fusion Agirc-Arrco
ARTICLE SUIVANT
L’assurance chômage pour les indépendants : la route est encore longue !
Mercer logo
Mes solutions Mercer

Mes Solutions Mercer est un acteur majeur de l’assurance santé et prévoyance individuelle. Mes Solutions Mercer c’est une gamme complète de produits Santé adaptée à tous les profils et à tous les budgets ! Mais c’est également de nombreuses solutions en matière de Prévoyance : garanties des accidents de la vie, assurance contre la perte d’autonomie, retraite : bilan retraite, liquidation retraite…